DISSONANCES #18 ENTRAILLES

mai 201032 pages / 3 euros
mise en images : Erick MASSÉ

ÉDITO : LA TRIPE, C’EST CHIC

On peut faire les malins avec nos grosses cervelles et nos bonnes manières, on en est tous sortis, petits, fripés, hurlants, êtres de chair, matière, fruits d’entrailles sanglants et entrailles nous-mêmes irrémédiablement. On s’y était sentis bien : logés au chaud, flottant, stupides et innocents sous perfusion copieuse on y avait germé puis forci et grandi ; attentives, enveloppantes, elles s’étaient distendues et nous avaient nourris tout ce qu’il avait fallu pour, sans nous avertir, nous expulser soudain et, en contrepartie des services rendus, nous condamner dès lors à devoir composer sans cesse avec les nôtres – leurs clones, nos dedans – qu’il faudrait contenter quasi à chaque instant sous peine de les faire se nouer ou s’agiter, d’en souffrir tout de suite et très concrètement, de se mettre en danger : nous serions désormais esclaves de nos tripes. Car, comme les dieux anciens, celles-ci sont capricieuses, puissantes et sans pitié. Elles exigent comme eux de constants sacrifices et se rappellent durement à qui les négligerait. Dissonances 18 au contraire s’en empare, s’en pare et les célèbre, gonflé à trente-deux pages où vingt-et-un auteurs se sont ouverts en grand pour déballer les leurs.

Jean-Marc FLAPP

DOSSIER « CRÉATION » : ENTRAILLES

Marc BONETTO : Prise de pouvoir
“Ma femme n’a pas de cœur. De l’œsophage à l’utérus, le pancréas occupe toute la place. Il n’en fut pas toujours ainsi, l’hypertrophie vint peu à peu, le pancréas, persuadant les autres organes de lui céder un peu, puis beaucoup d’espace contre…”

Yan DALL’AGLIO : Petit précis de l’entraille
“L’entraille ne se met point au singulier. Que penser d’une entraille esseulée, mélancolique, qui boudine à part ? L’entraille doit être collective, plurielle, spaghettonique, pour que la vengeance, la colère, les passions obscures soient d’…”

Érick DEJAEGER : Genèse de la procréation in vacuum
“Le premier jour, il m’a prise en friction provoquée puis en énervation humide avant de m’initier à la forme réparatoire en marquage par pression. « Pas mal pour un début ! » m’a-t-il confié. Le deuxième jour, il m’a fait connaître le…”

Tristan FELIX : L’entaille de Pierre
“Sous la chemise de haire, un picotis de saillies sanguine dessinait entre des pans de peau laissées inermes par l’usure de la chèvre, une guipure secrète dont le pénitent filait en rêve l’entrelacs, en offrande à une Vierge qui, rognée par huit…”

Jean-Marc FLAPP : Ventre à terre
“Une nausée odieuse m’évacue du sommeil. J’aimerais replonger dans le rien où j’étais mais ma tripe est en transe et se tord méchamment d’où je me dis que si j’attends je vais me vomir dessus puis la vision sinistre de mes draps maculés finit de…”

Lionel FONDEVILLE : Problème majeur
“Tu ne crois tout de même pas que je vais mettre mon doigt là-dedans, non ? T’es cinglée ou quoi ? Ni mon doigt, ni rien d’autre ! Tu me prends pour qui ? Mais justement, c’est bien parce que je suis ton ami qu’il est hors de question que je fasse un…”

Cathy GARCIA : Celle qui manque
“Cette nuit j’ai livré dans mes rêves une boule d’excrément sanglant, avec un lambeau de chair resté pendu à mes entrailles. Impossible à retirer sans m’arracher le ventre. J’ai grandi ligotée, bâillonnée sous le joug maternel, avec cette…”

Alain GIORGETTI : Dernier mouvement
“Il a mal. Plusieurs jours maintenant. Pensait pas que ça irait si loin. Au début pensait juste attendre un peu c’est tout. Se disait qu’il pourrait y aller plus tard. Quand ferait nuit. Quand plus personne pour voir ou entendre. Savait pas qu’…”

Cendres LAVY : Mes abats
“Je fais le tour de mes abats. Un sang d’encre court, flamboyant de coquelicots, de fard couperosé, de corail poisseux et de gueules hurlantes ouvertes comme autant de vulves. La bouche est rouge, invaginante. Tout le corps est reçu, replié, retourné sur…”

Élodie LE BAIL : Les fruits gâtés de vos
“Je vous salue Marie
On en est sortis. En même temps, on est les seuls à y avoir séjourné, on est donc les seuls,
Habilités à en dépeindre la…”

Alban LÉCUYER : Biographie de la pudeur
“Alors ça fait quoi de se retrouver sur l’étal ? Fouillée sans retenue, perquisitionnée par des doigts, des tas de doigts, un genre de morceau qu’on examine sous toutes les coutures ?
Non, les coutures ce sera pour plus tard, quand il faudra…”

Loïc MARCHAND : Back inside
“À grand peine, je les ai laissées derrière moi.
Aussitôt ivre d’une inspiration trop longtemps réfrénée.
Quand j’ai pu comprendre ce qu’ils me disaient, des…”

Pierre MAYER-DANTEC  : Chant des entrailles qui plus ne chient
“Tandis que d’autres tiennent aux œuvres, où ils se prélassent en jouissant, raclures et croûtes de l’être, qui n’est jamais qu’ego à pattes, et qui veut fleurir les balcons, quelque part en Autriche où tout déjà n’est que sales fleurs, moi, ange et…”

Alban ORSINI : Mula
“La Tour Eiffel. Le Trocadéro. Les Champs Élysées. Le Sacré Cœur au loin. Les Invalides jusqu’à la Pyramide du Louvre et le Palais Royal. Un bout de la place Vendôme aperçu, entre un coin et un autre. Le sommet de la Tour Montparnasse comme…”

Milady RENOIR : Mon ventre rose
“Je mets ma langue dans ma gorge pour pas que la salive me noie, quand ma bouche s’inonde, je respire mal, je tousse pour faire passer le glaire dans ma glotte, mais le tuyau brûle, je crie pardon à maman, je roule sur mes flancs, j’…”

Michel REYNAUD : Vomissures
“Il a juste suffi d’une contrariété de plus pour que je commence à vomir. J’ai d’abord vomi des glaires, puis du sang, pendant tout un jour. Puis j’ai vomi des os, je ne savais pas que j’en avais autant : radius, cubitus, os iliaque, tarse…”

Basile ROUCHIN  : Adoravoration
“Je vous aimais
Et mets vous étiez.
Saveur tournée des…”

Silvio SOBRAL  : Chiarogne
“Dans la saison paludéenne
la crête est tatouée de signes.
L’affectueuse chimie s’…”

Marlène TISSOT : Détricoter mes entrailles
“J’ai pris l’aiguille à tricoter et je suis allée m’enfermer dans la salle de bain. Au planning familial, il n’y avait pas de pochette surprise avec la solution à mon problème. Fallait venir avant mon petit, m’a dit la grosse dame. Son regard triste, perdu très…”

Rodrigue VÉRON : Nothing Important Happened Today
“Elle se mit à cheval sur lui et frotta son sexe contre le sien, lentement. Ils n’avaient échangé aucune parole depuis leur sortie du bar – tous deux savaient comment cette nuit devait s’achever. Il voulut reprendre le contrôle, mais elle saisit ses…”

Guillaume VISSAC  : Rapport d’A
“Après l’ouverture du thorax, traquer trace d’épanchement dans la plèvre ou bien / à l’ouverture de l’abdomen, recueillir échantillon de liquide ascytique ou bien / avec le doigt parcourir parois du tube digestif, estimer au toucher dilatation de…”

PORTFOLIO : Erick MASSÉ

RUBRIQUES « CRITIQUE »

QUESTIONS À (21 questions à un.e auteur.e connu.e) :
Hubert HADDAD

Où vous êtes-vous senti le mieux ?
Au bord de la mer toujours, j’y suis né. Pour moi qui ai manqué passer par la fenêtre d’un quatrième étage à l’appel des sirènes, la mer est une merveilleuse…”

REGARDS CROISÉS (4 regards sur une oeuvre remarquable)  :
Jérôme (Jean-Pierre MARTINET)
“J’ai avalé Jérôme. Je pèse 240 kilos. La digestion entraîne hallucinations, douleur et extase. L’intoxication de juillet dernier qui m’avait valu, au retour d’une journée de concerts aux Frigos à Paris, une semaine de délire et de vidange dans la...”

FENÊTRE SUR (carte blanche à une revue ou un éditeur)  :
HERMAPHRODITE

“En mars 2003, les éditions Hermaphrodite ont été créées dans la continuité de la revue avec la publication de Viva la merda ! , somptueux road movie scatologique et premier roman du musicien, vidéaste et performer Jean-Louis Costes. À…”