GIORGETTI Alain (extraits)

DISSONANCES #18 | ENTRAILLES
Dernier mouvement

“Il a mal. Plusieurs jours maintenant. Pensait pas que ça irait si loin. Au début pensait juste attendre un peu c’est tout. Se disait qu’il pourrait y aller plus tard. Quand ferait nuit. Quand plus personne pour voir ou entendre. Savait pas qu’ici tout le monde est insomniaque tout le monde. Alors attendre. Tenir. Se retenir encore et encore. Mais peut déjà plus bouger déjà. Sent du dur. Dehors comme dedans. La peau est là mais c’est collante autour. Sac humide sur squelette. Du ventre les cercles de feu qui concentriquent. La douleur tout en travers et qui tracasse. Sent bien que ça travaille. Que ça creuse vers plus profond. Chaque matin la douleur a tendance. Fait le tour de la carcasse et racle. Remonte au cou en vrilles de vertèbres la colonne. Carnivores les algues. Avides les lierres. Voulait pas souffrir juste tenir c’est tout. Résister. Même à soi-même. Mais trop tard déjà. Trop installée là la douleur. Comme qui dirait définitive. Pile au centre et puis partout. Ancrée au fond. À la base. Pieu roide en pleine terre. S’en débarrasser plus jamais. Force d’un monstre. Mâchoires carnassières de hachoirs à viande. Sa vérité plus forte que tout la douleur. Dans une main de fer qui tient tout. Assise sur son…”