JAFFEUX Philippe (extraits)

DISSONANCES #31 | DÉSORDRES
Chaordre
“Ses pages se glissent entre des phrases qui nomment un spectacle du hasart Une circulation du chaos surmonte son approche de l’écriture Le hasart tourne autour de ses tourbillons d’intervalles Tes coups de dés mesurent l’impact d’un désordre fascinant Vous confondez le vrai avec le faux parce qu’il mélange le bien avec le mal Je rattache les effets de mes corrections à une résistance du chaos Elle construit une distance qui explore l’apparence d’un désastre Enchaînons les produits d’une distance à l’autre côté de nos instincts Il combine mes réflexions avec les intuitions d’un vide universel Nos pages perdent le contrôle sur ses intervalles fulgurants Mon temps se déplace sur un espace qui explore la trajectoire de son délire Un texte imprévisible enregistre chaque prédiction du hasart Sa vacuité sens dessus dessous s’immisce entre tes phrases détraquées Des blancs arbitrent un combat entre mes lignes et vos neurones Détruisons l’espace de ses règles lisibles avec une ponctuation bizarre Une image instable attire un imbroglio de lettres Vos explosions de papier déterminent la dynamique d’un vide aléatoire Il commet l’erreur d’écrire sur une image qui corrige ses lettres Le corps d’un mouvement intègre la...”

DISSONANCES #26 | ANIMAL(S)
Courants animaux

“Une inversion alimenta son intelligence lorsqu’il mangea un animal au lieu d’une bête.
Il prit le nom d’un chien oublié pour se souvenir qu’il était aussi un animal domestiqué.
Il vivait seulement au présent afin que son avenir devienne celui d’un animal disparu.
Notre origine est animale parce que nous sommes les créations d’une nature surhumaine.
Il fit le rêve d’un animal en extinction et un cri le réveilla de sa vie cauchemardesque.
Il écrivait par instinct auprès d’un animal qui apprenait à penser tout seul.
Sa voix d’animal le libérait d’une espèce qui disparaissait dans une parole en extinction.
Il se perdait de vue lorsqu’il se reflétait dans les yeux d’un animal inaccessible.
Il s’exprimait avec les cris d’un animal préhistorique pour venir à bout d’une écriture inhumaine.
Le cri d’un animal piège la parole d’un chasseur caché sous son courage bestial.
Il fut foudroyé par le regard sceptique d’un animal parce qu’il idolâtrait une parole invisible.
Les dieux craignent les hommes qui parlent pour se méfier de leur peurs animales.
Il fit le rêve d’un animal en extinction et un cri le réveilla de sa…”

DISSONANCES #24 | LE MAL
Page O de la lettre B 

“.La soif expansive de                    noie des octets limités sous un curseur abreuvé par l’échec d’un ordinateur vide
un saint moulu de fatigue sculpte son corps vert en redressant notre sable sur l’envers d’un contraste hérétique.
.Notre peau expédie la respiration d’une suite vers les pores d’une lettre qui enveloppe le squelette d’une page
un guérisseur du silence mutile vingt-six échos de notre souffrance en écoutant le reflet d’une image indivisible.
.Les yeux d’un aigle percent une paire de lignes moutonnières avant d’aveugler le mystère d’un point solitaire
la pression satanique d’un usurpateur piège une meute d’anges qui respectent la course d’un nombre élastique.
.Le spectacle d’un acteur machiavélique maquille une encre prête à…”

DISSONANCES #22 | RITUELS
U n

“- Notes : La lettre N, intitulée « L’énième », est composée de 26 carrés de 14 centimètres (et donc d’une superficie de 196 cm2). Chaque carré contient 26 phrases, 33 lignes et 32 interlignes ainsi que 196 lettres n dont chacune des apparitions est décalée. La ponctuation progressive consiste à mettre en exposant la dernière lettre des 26 phrases de la page A jusqu’au 26 dernières lettres des 26 phrases de la page Z. La pagination élève chaque lettre de l’alphabet à la puissance n. La lettre n disparait sur la dernière phrase avant de réapparaître dans un mot final qui annonce la lettre O.

– Précisions : Les décalages s’effectuent aussi sur les lettres n mises en exposant. Sur la page N les lettres n sont toutes mises en exposant. Les mesures récapitulatives dans N sont des : décalages de lettres n, nombres de lettres mises en exposant, pages (ou carrés), lignes et interlignes, phrases et sur la 25ième ligne de la page Z, une mesure récapitulative à partir de la lettre A. Afin de contenir 26 phrases, écrites sur...”

DISSONANCES #21 | LE VIDE
V
“rnement d’un enVol Vers la périphé rie d’une ligne pistée ! une épître ragaillardie se glisse sous un hasart inquiet pour englober la forme d’un sens dans une page destructible ! un abécédaire immémorial conditionne la modernité d’une lettre improVisée en oubliant un ordinateur programmé ! un glissement proVidentiel de l’écriture Vers un nombre interpelle la résistance d’une image indispensable à la peinture d’un jeu illisible ! une solitude Vorace renouVelle l’équilibre d’un sens prêt à digérer des mots alimentés par l’enVers d’une relation épistolaire ! un rectangle Vicieux circonscrit une limite soumise au cadre de Vingt-six prières grâce au pouVoir d’une pagination tautologique ! l’illustration d’un truisme hiératique protège les lettres d’une lettre aVec la mesure graphique d’un sens facétieux ! la pertinence homonymique de six cents soixante seize lignes rappelle à l’ordre la sixième unité d’un abécédaire asymétrique aVec des mots opposés à l’écriture ! l’anonymat d’une ponctuation minimale se réVolte contre l’exactitude autoritaire d’un style réduit à promouVoir la subjectiVité d’un alphabet planétaire ! une feuille hypnotisée tombe sur la terre d’une distance tremblante pour enVelopper un…”