ROUVIER Émilien (extraits)

DISSONANCES #42 | CHAMPAGNE !
Les bains de la Païva

« La grande bourgeoisie du second-empire bâtissait dans les quartiers huppés des cimetières d’imposants mausolées à vitraux, arcatures gothiques et grilles fastueuses ; ces petits temples post-romantiques résorbaient dans un clinquant pastiche de sacralité l’ennui de vies vouées à la Bourse, aux mariages arrangés, aux mondanités lugubres. J’aimais ces mausolées, caprices d’égos cossus, au temps où le visage boutonne et la voix grasseye. L’orgueil des notables, leurs passions mises à taire, transmigraient pesamment dans la pierre, pour hanter familiers, visiteurs, descendants, prétention d’une adorable vacuité, qui a tout à voir avec la poésie. L’hôtel que la marquise de Païva fit bâtir à cette époque, au 25 des Champs-Élysées, fait l’effet de ces mausolées, en plus grand. Et comment ne pas admirer l’essor de cette transfuge, passée des bidets d’hôtels de passe à de légendaires bains de champagne, dans l’étuve mauresque de son palais ?
Esther Lachmann, née à Moscou en 1819, mariée à dix-sept ans, décidant à dix-huit que ses charmes valent mieux que le salaire de son époux, abandonne un fils nouveau-né pour fuir à Istanbul et entrer au harem, puis à Paris, où elle… »