HOLAIND Virginie (extraits)

DISSONANCES #27 | ORGASMES
L’appel des appels

« L’orgasme, franchement c’est facile.
Ça crie un peu dans l’entre-jambes, ça se joue appel des appels.
Ben oui, c’est facile.
On craint la lutte, l’échauffement, mais on se brûle.
On s’écoute, on s’affole. Et puis quoi, l’orgasme, c’est le pain du pauvre.
Ça comble les interstices, ça donne de la matière.
C’est le charbon, c’est le papier journal des souffreteux.
Ça vous met à température ambiante.
On le cherche, on le trouve.
On explose.

Et puis un jour.

En silence les attentes et le corps qui s’en fout.
Un jour le corps s’en fout.
L’orgasme, oui, et alors.
L’orgasme et la course. L’éclaboussure, le feu d’… »