GUERRY Philippe (extraits)

DISSONANCES #27 | ORGASMES
Par où tu passes

« Tu me parles toujours des mêmes paysages. Un ruisseau qui serpente, qui te chatouille les orteils, puis des ruisseaux, arrivant de partout, qui se concentrent pour faire des vagues, des petites vagues d’abord, qui font frémir tes mollets et font te mordre les lèvres, puis des vagues moyennes – et tu mimes alors de tout ton corps le mouvement de ces vagues – puis de grosses vagues – et ton corps dessine l’ample mouvement d’une onde – et puis tu me parles d’un torrent que forment ces ruisseaux, un torrent qui déplace des cailloux, un torrent puissant qui déborde ses berges, qui emporte tout, qui submerge, qui inonde, qui visiblement te fait perdre pied et – je ne comprends pas par où tu passes – toute cette quincaillerie fluviale débouche sur un volcan, un monstre éruptif, grondant, tellurique, qui après les pieds te fait perdre la tête, tu dis n’importe quoi, tu te crois n’importe où, des fumées blanches t’arrachent des larmes, tu cherches aveuglément ton… »