WALLON Amandine (extraits)

DISSONANCES #29 | TABOU
L’intranquille
“Il fait noir. Un noir vibrant, profond et comme peuplé de présences. Hostile. Peu à peu, j’oublie où je suis et me voici repartie. Là-bas. Encore une fois.
Il règne une chaleur moite, le ventilateur tourne et hoquette, toute la nuit durant ; les pales s’agitent en vain, je suffoque. J’aimerais me faufiler jusqu’à la cuisine et me passer de l’eau sur la nuque et le visage. Respirer profondément quelques minutes, les pieds nus sur le carrelage. Regarder par la fenêtre au-dessus de l’évier et tenter de distinguer dans l’obscurité épaisse, au travers des feuilles du figuier, le puits et sa margelle de pierre. Peut-être même ouvrir la porte qui donne sur le jardin et marcher dans l’herbe rase. À cette heure, la chouette pourrait s’étonner de ma présence ici, en plein cœur de la nuit. Personne d’autre ne s’en inquièterait.
Les branches des arbres se refermeraient sur…”