SARRAT Yoann (extraits)

DISSONANCES #34 | TRACES
Phlyctènes

“Maria est née il y a 43 ans avec les jambes en forme de Z, les bras atrophiés et la langue surdimensionnée, sortant alors continuellement de sa bouche comme sa bave qui pourrait remplir des piscines. Elle s’exprime par grondements, mugissements, sifflements, reniflements, renâclements, murmures, marmonnements, bruissements, grommellements, grognements, glouglous, stridences, craquements, bourdonnements. Mais son discours est signifiant quand on accepte de tourner les oreilles dans l’autre sens.
Sa mère avait bu trop de rhum pendant la grossesse, déformant progressivement l’embryon puis le fœtus qu’enfermait son ventre déjà abîmé par la vie.
Maria pèse aujourd’hui 98 kilos et les hospitaliers réfléchissent à chaque fois à comment s’y prendre pour la transférer d’un lit à un autre. Souvent ils mettent un drap sous son corps et la portent à plusieurs après un décompte maladroit et de violents soupirs.
Un trou est creusé dans son ventre reliant ses intestins à une poche de stomie par…”