POCHESCI Bruno (extraits)

DISSONANCES #33 | FUIR
L’exil d’Arik
MET ?
… Il fait ténèbres, ici.
Seuls quelques phosphènes, aussi ténus qu’une aube arctique, en brisent parfois l’obscur voile de leurs impromptus spiroïdaux. Depuis combien de temps suis-je donc ainsi, à la fois errant et perclus sur moi-même ? Dix ans ? Dix siècles ? Je ne saurais le dire. J’ai tellement pris l’habitude de l’inespoir… Et ce d’autant plus que…
Il fait douleur, ici.
Pas vraiment insoutenable, mais omniprésente. Tenace. Je suis crampes et mini-estrapades à volonté. Stock d’escarres. Raide et craquelant, comme une vieille pâte à modeler incrustée de poussières, qu’on aurait laissé durcir sur le rebord d’une fenêtre pour caler la table d’un condamné à mort, dressée pour son dernier repas. À ce propos…
Il fait faim, ici.
J’ai des fringales de miséreux. De continuelles convulsions des tripes. Je suis inanition à l’état pur, malgré d’étranges et récurrents flux qui me donnent l’illusion d’un…”