MARTINELLI Michelle (extraits)

DISSONANCES #19 | IDIOT
Chups
“La circulation est bloquée et lui, Marco, il essaie de pas s’endormir. L’air chaud l’écœure. Ça lui a paru agréable pourtant au départ, la vapeur tiède de la ventilation. Depuis deux jours, la pluie détrempe le chantier. Ils ont tendu une bâche au-dessus du feu, bricolé une tranchée autour. L’Algeco et les chiottes de chantier ne sont jamais arrivés. Dire quoi ? Les trois-quarts des gars parlent à peine le français. Le matin, le camion les ramasse devant Bricomarché. A la fin de la journée, des billets passent d’une main l’autre. Pas de quoi créer une internationale des travailleurs. Marco s’étire, ferme le chauffage et allume la radio : « Angie, where will it lead us from here… ». Il a embrassé sa première fille sur cette chanson. Une petite gueule de rat et une veste péruvienne, comme celle de Starsky. Il coupe la radio juste avant la pub, essuie la buée sur la vitre.

Devant la résidence des Alouettes, un type marche. Chups. Marco le reconnaît à sa démarche d’ours et à son sac à dos vert. « Chups », c’est à cause des sucettes qu’il roulait d’une joue l’autre à longueur de journée, Chups et ses sucettes en haut de la grue, et eux en…”