LARPENT-CHADEYRON Isabelle (extraits)

DISSONANCES #39 | MUTATIONS
[Imago]

“Tu aimerais changer sans être transformée. Glisser de toi à toi-même dans une mue perpétuelle. Tu te souviens de ces paroles, jetées à la face de tes chrysalides : Avale ton sirop, enfant inconscient ! Suivront le jugement, l’appel et le pourvoi… Tu plonges tes mains dans un buisson de ronces : le ver à soie se contorsionne, écarte les feuilles du mûrier. Tu voudrais que la larve se convertisse en bombyx, que le papillon prenne son envol. Tu écrases entre tes doigts les mûres. Les ronces t’ont blessée. Tes mains, tes joues sont maculées de sang : variations à l’infini de ce que tu es, enfance portée à bout de bras [épuisement]. Un buvard posé sur tes lignes [plasma]. Le rouge qui se déverse, se dilue, qui se répand comme une tache de papillon. Le médecin se penche sur ta planche nocturne, symétrique, et l’analyse. Tu t’en empares [violence], la déchires. Tu es devenue miroir, chair éclatée, métamorphose : Narcisse ne contemplant plus son reflet dans l’eau. La larve rampe, s’imagine nymphe, imago. Tu sors de ton cocon, écartes les bras, t’enfuis du dédale. Tes ailes sont fines comme celles d’un papillon, résistantes comme de la soie. Tu trempes ta plume dans l’encre de ton sang [le sang du mûrier], cocon étouffé avant d’…”