LAPERRIÈRE-MARCHESSAULT Dominic (extraits)

DISSONANCES #29 | TABOU
Le portrait
“Dans la maison familiale au bout du corridor il y a deux portraits un peu jaunis par le soleil et les années des clichés pour taire les noms pour taire l’histoire des clichés comme seul vestige d’une existence comme seule preuve d’une appartenance à un clan qui les renie
il y a d’abord une photographie d’Elle une photographie magnifique comme on en voit dans les films un portrait digne d’une star d’Hollywood on peut presque entendre son rire résonner un rire que j’imagine doux et éclatant à la fois tout ce qu’il y a de plus joyeux et on se demande comment mais comment quelqu’un a réussi à immobiliser ce moment qui semble parfait son sourire ne dit rien de sa fin tragique de son futur inexistant l’image ne montre ni sa maladie ni ses excès ni ses extrêmes l’image n’est qu’image et se tait
il y a aussi une photographie de Lui une…”