CLERC Henri (extraits)

DISSONANCES #32 | NU
Moi je ne pleure jamais
“[…] Je n’aurais jamais dû le laisser faire, déjà que j’ai consenti à ce qu’il ramène de l’alcool, mais non ça ne lui a pas suffi… il a fallu qu’il invite un ami… c’est affligeant, tous ces enfants sont sous notre responsabilité mais ça lui passe au-dessus. Il est venu là pour prendre du bon temps et exercer son minable petit pouvoir de séduction sur nous. Depuis plusieurs jours il me fait, comme dit Sandrine, du « rentre-dedans » ; il m’insupporte, j’aimerais avoir le courage de mettre une gifle à cette ordure. […]

[…] Ils vont pas se la fermer. Ça m’énerve, pas le droit de sortir des tentes… pas le droit de sortir des tentes… mais eux ils n’arrêtent pas de l’ouvrir grande comme ça et ils veulent qu’on dorme. Bah drôle d’idée ! C’est comme mes parents quand ils me demandent d’aller me coucher et qu’ils font « han han », bah non désolé j’y arrive pas ! […]

[…] Cet après-midi, à la piscine du camping, je suis passé devant la porte du vestiaire et j’ai presque vu son zizi. Après si je me serais penché j’aurais pu le voir mais ça aurait été la honte. Déjà quand Sandrine m’a demandé « ce que je reluquais » je suis devenue toute rouge et j’ai...”