TOT Ana (extraits)

DISSONANCES #30 | QUE DU BONHEUR !
Je me creuse
« je me creuse pour être vide pour le désir d’être pleine. Je veux être vide pour pouvoir être pleine. Je me creuse parce que j’ai envie de me remplir. Tu me creuses parce que tu as envie de me remplir. Tu me remplis parce que tu as envie de te vider. Pour mieux me remplir. Pour mieux te vider. Tu te vides pour pouvoir te remplir à nouveau. Pour être plein. Tu te remplis parce qu’encore une fois tu as envie d’être vide pour le plaisir d’être vide. Tu es vide, je suis pleine. Je me vide, tu es vide encore vide. Je me remplis pendant que tu te vides et te remplis, te vides et te remplis, te remplis, te vides, me remplis, me remplis, me remplis. Tu ne me vides jamais. Tu ne te remplis pas longtemps. Je me vide toute seule. D’un coup je me vide. D’un coup : vide. Je ne suis ni pleine ni vide, je suis fermée. Je me creuse parce que j’ai envie d’être pleine. Je m’ouvre pour toi, pour que tu me remplisses, pour que tu te vides, pour que tu te remplisses. Pour me sentir pleine pour pouvoir me vider pour avoir envie de me remplir. Je me… »

DISSONANCES #29 | TABOU
La bergère et le lilas
« J’étais bergère ma mère cueillant des lilas.
J’étais bergère mon père les cueillant dans mes bras.
Mon père sentait la terre et ma mère j’aimais ça.
Mon père sentait la terre quand il passait par là.

Ses mains larges comme le ventre et mon ventre aimait ça.
Dans les champs de lilas dans l’enclos des moutons
Plus d’une fois ses moustaches quand ma mère n’était pas.
Si c’était jour de lune il passait par derrière
Il sentait moins la terre mais mon ventre aimait ça.
Dans un champ de lilas sous un arbre à noisettes
Nous mangions des noisettes et mon ventre aimait ça.

Au printemps cette année les moutons s’égarèrent
La charrue allait seule et ma mère nous… »