MOMONT Danièle (extraits)

DISSONANCES #30 | QUE DU BONHEUR !
Les machins choses
“Sous peu de la grenouille au bord du ru comme l’ongle d’un pouce, bouleuses petites barbaques & mordorées, brimborions dans l’herbette, minus topaze où l’on met à fraîchir les bouteilles.
On ira sous peu & sous peu seul, heureux comme sans femme.
Pendant des heures on maniera les machins choses à l’œil d’or, le ru aura fraîchi mais l’air doux, l’air bleu, l’air mimi dessus le carabé molli, à plat dos l’on verra des azurs, contre eux les fûts longs & minces, de pins les têtes très seules ; on sentira la brise.
À force d’affabilité du monde on se souhaitera 1 femme, ce sera dans le monde approchable et l’obligeance des ciels s’en songer 1 sous la nue dépourvue de tristesse.
Peut-être il y aura du pleur, du dont au fond l’on s’épanouit, du pleur sur la juchée du cœur altier.
Ou pas.
Sous peu mais pour l’heure on va dans la feuille hachée sèche et méchante un peu, automne ou fin d’hiver, dans l’air stoppé fûts gris, fûts longs, je vais le long, l’air a des airs gourds telle neige, suscitant l’ankylose, un peu, de l’œil et de l’oreille, nul ni rien ne réchappe de cette luminosité chiche de brune, on scrute en…”