MARTIN-CABÉTICH Julie (extraits)

DISSONANCES #40 | CONFLITS
Le grig

“Le grig vit dans les vallées. Il s’est installé sur l’intégralité des terres cultivables. Toujours il geint : de n’en avoir pas assez, de mériter plus, de mériter mieux, que le monde décidément n’est pas à sa hauteur. Je le laisse faire.

Mais qu’il approche des hauteurs, et la réplique est immédiate.
Cerné – nous sommes nombreux.
Lentement lentement les lames entre ses côtes.
Quant à moi, lentement ses idéaux ses mots sa gueule piétinés, lentement sa grande face de chèvre, son visage mou de sudoripare, je les lui fais bouffer, je l’étouffe de ce qu’il est. Et j’appuie j’appuie je pousse, jusqu’à la glotte, jusqu’à la gorge : dans son estomac ! Dans son estomac qu’il se digère lui-même ! Je l’expose aux acides, qu’ils lui corrodent les yeux. L’étouffe dans son suc gastrique. Tente de le retourner comme une chaussette, comme un gant. Je piétine ses entrailles larmoyantes, je lui donne des raisons, des raisons oui, de se plaindre de geindre de pleurer. Je le désosse. Je le démembre. Je le vide de son sang, la lame au…”