G. Nicolas Albert (extraits)

DISSONANCES #23 | SUPERSTAR
Growing up in public

“Il n’aime pas l’idée de la foule qui lance des coussins. Sur les coussins il y a écrit Conseil Régional de Rhône-Alpes. Il n’avait pas envisagé tant de tee-shirts, de vestes et de pantalons sur scène. Au milieu des coussins, c’est pathétique. Et Aaron qui attrape une sorte de Bermuda dégueulasse, l’exhibe à la foule, se marre en découvrant ses dents de jeune juif bien portant. Il y a un grondement, un vacarme de rires, de sifflets, de sourds applaudissements. Jürgen prend des photos avec son téléphone. Des photos de tissus et de gens qui brandissent le poing en lançant des coussins. Ca vole dans l’air, c’est plein de couleurs, c’est un putain de carnaval. Mais Jürgen est jeune.  Très jeune et  passablement con ; virtuose aussi. Tony et Rob, ils ont bien vu comment ça tournait. Ils ont quitté la scène et ne sont pas là pour l’épauler. Il y a un moment dans une carrière… Il y a des moments dans une carrière… Faut vraiment se pincer pour y croire… C’est comme si plus tu vieillissais et plus le gouffre se creusait. Car enfin, il doit y avoir longtemps que ces gens ne lisent plus ce qui est écrit dans ses chansons. D’ailleurs il a bien cru qu’il allait arrêter ce concert quand il a vu les premiers briquets s’allumer sur Sunday Morning.  Et maintenant…”