BOURVEN Arnaud (extraits)

DISSONANCES #23 | SUPERSTAR
Ce qu’elle dit d’Elvis

Bande n°1
Toujours elle. La non-nommée. Déroule le fil : « Dans mon souvenir… personne… ne se disloque… Personne n’aborde cette ville… qu’en rampant… C’est sûr… »
Approchent pourtant des gens qui n’ont pas fléchi. Mais rien à idolâtrer sous l’arche des pluies…
Elle poursuit : « Vous connaissez ? Ce produit permettrait à certaines personnes en phase de construction, et aux autres, de  “stabiliser leur identité, leur image ou leur moyen de dire…” C’est marqué là… On en trouve partout ici… Tout le monde en prend… C’est normal… »
Un emprunt comme seul sujet d’affection. Mais sans limite…
Elle dit : « Vous savez…le second d’mes fils n’est qu’une franche ordure… Eh bien… la suite… cherchez-la… Moi, ça m’rend malade… »
Bande n°2
Plus sa tendresse pour le fils augmente, en rapport avec sa disparition relative, plus le temps prend ses distances contre elle. Rien à…”