LATHUILLE Lionel (extraits)

DISSONANCES #34 | TRACES
Cinq temps du photographe

« 1. De dos. Faire une photographie de dos. Je précise : en remontant le cours de la lumière. Faire une photographie qui ramènerait celle ou celui qui était là et qui n’y est plus. Faire une photographie qui rendrait le regard qui a quitté le lieu où nous regardons maintenant. Non pas pour voir ce qu’il a vu, impossible et vain. Mais ce qui de l’espace a été éclairé différemment sous son regard.

2. De dos la lune est brune. Tu l’affirmes. Tu l’as vue quand tu apprivoisais l’obstination du soleil. Brune comme une chair longtemps portée à incandescence. Tu la frôlais, la humais. Certains apprennent à courir les mains liées dans le dos, toi tu écartes les tiennes pour embrasser l’angle des rayons du jour. Tu mesures l’indécence. Tu te hisses, tu grimpes. Tu voles. C’est un rêve, dos crawlé cosmique, une façon de faire dos au réel (quand trop font face sans le voir). Et tu te tais. Silencieux des terres lointaines qu’on ramène sous les bras la nuit en nageant.

3. Vous êtes Icare ? – Non je suis… »