KIM Ingrid S. (extraits)

DISSONANCES #32 | NU
Strip-tease
« Il faudrait effeuiller cette langue qui en crève d’être offerte à des porcs, il aurait fallu les faire taire, tout de suite, et se saigner du dernier mot juste – plus pour leurs conneries, leurs je t’aime, la fraternité, la patrie – la tendresse même les salauds, ces mots qui ne sont plus que des mots dans leurs bouches mauvaises, non, au-delà des mots dire seulement ce qui survit la substance nue, dire encore seulement les vestiges brûlants mais debout de soi quand le reste a fini de flamber, les dents qui résistent à la cendre les os qui font désordre dans l’urne qui dépassent du bûcher – oui, en somme ne dire plus que la rage et la chair les mots sales indécents les mots à poil obscènes qui sauraient encore dire, une épitaphe du beau puisque le beau s’est tiré depuis longtemps avec les mots pour le dire alors une mystique érotique, une esthétique de la rage en un seul mot sans artifices pour une fois – puis se taire. Feuler. Siffler.

Se faire serpent. Chatte. La rage et la chair, nues.

Se saigner du dernier mot juste.

Si seulement…

Me vider de mes mots alors n’en garder qu’un, oui, pour dire, rien, mais le dire bien, pour... »

DISSONANCES #31 | DÉSORDRES
Monologue
« Essuie cette tache de vin sur le carrelage beige.

Essuie-la dans l’élan, avant qu’on ne te le demande, avant même qu’elle n’ait touché le carrelage beige, qu’elle ne l’ait sali, défiguré.

Et mets tout ton cœur à essuyer cette tache de vin. Ne te contente pas de passer le torchon sale sur le carrelage beige, mais lave-la vraiment cette tache, à l’éponge, noie-la, fais-la retourner au néant qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Et nettoie bien l’éponge ensuite.

Baisse la tête. Ôte ce sourire condescendant de ton visage, et regarde-la, ta tache de vin. Vois-la telle qu’elle est réellement, vois-la dans toute son essence, dans toute son horreur. N’y vois pas ce que tu y vois, ce que l’on voit bien que tu y vois, avec ton petit sourire ironique. Vois-la comme le symbole définitif de tout ce qui ne va pas, de tout ce qui n’a pas fonctionné comme cela aurait pu, comme cela aurait dû ; et de tous les échecs menés à terme, et de tous les bonheurs avortés.

Sors de toi-même en observant cette tache de vin ; c’est la première tache de vin que tu vois. C’est l’unique tache de vin qui ait jamais existé. C’est la... »