HUBERSON Isabelle (extraits)

DISSONANCES #32 | NU
Tous les hommes s’appellent Paul
« Lit d’hôpital centre gérontologique.
Bras maigres tendons saillants peau parchemin court-circuit veineux au tracé exorbitant yeux clos bouche sèche parfois ouverte joues creusées deux fosses pommettes angulaires visage ciré gestes imprécis la main s’émancipe puis retombe lentement elle part en vrille tout y va direction entonnoir. Les circuits nerveux s’enflamment s’électrisent le cerveau ne commande plus bien la douleur la douleur la DOULEUR.
Révolte.
Paul pousse le drap rèche en trois coups. Repos. Paul fait glisser sa chemise d’hôpital bleue lentement. Elle s’accroche. Lui aussi. Paul répète le geste de haut en bas jusqu’à ce qu’elle ploie. Gagné. Le bras gauche est débarrassé. Reste le droit plus difficile entuyauté cordon transparent distillant de l’eau sucrée un sirop invisible. Il pousse le tissu plusieurs fois jusqu’au bout du bras. Il réussit. Une boule bleue textile en fin de phalanges. Il l’étrangle la serre de toutes ses pâles forces en extirpe son jus de tripe et ça lui fait du bien. Repos. Mais ce n’est pas le projet. Mission périlleuse. En bon soldat il obéit aux ordres. Pas sûr que ça vienne d’en haut. Plutôt la... »